Hockey

Soixante-sixième match de la saison régulière : Surclassés par les Penguins de Pittsburgh, les Canadiens de Montréal repartent sur la route la mine basse.

21 secondes. C’est le temps qu’il a fallu à Sidney Crosby pour plier le match. Il aura fallu moins de 10 minutes pour rendre la partie hors de portée du Tricolore. Après c’est un calvaire qui s’est déroulé devant nos yeux.

Alors oui, tout n’est pas négatif. Brendan Gallagher a marqué le but qui était censé réveiller ses coéquipiers avec l’assistance de Phillip Danault. Mais non. Tous les autres joueurs de champ n’ont fait que roupiller. Même si les tirs ont été nombreux pour le Canadien, les réalisations ont été dramatiquement rares.

Carey Price, que je pourrais défendre contre une horde de haters armés de fourches enflammées, a effectué un travail en demi-teinte hier. Les premiers buts encaissés l’ont affaibli pour le reste de la partie même s’il a semblé vouloir corriger le tir par la suite. Et un gardien marque très rarement dans la Ligue Nationale…

Vous savez, quand on suit une équipe historique comme les Canadiens de Montréal, il y a des matchs qu’on aime pas regarder. Que ce soit à cause des rivalités ou des catastrophes comme hier. Dès les premières minutes, je savais qui c’était plié. Que les doubles gagnants de la Coupe Stanley feraient parler la poudre pour laver leur honneur après la défaite qu’ils avaient subi la veille à Buffalo. Personne ne devrait sous-estimer les Penguins de Pittsburgh. C’est ce que nos joueurs ont fait. Mais quelque soit l’explication, le résultat net existe. Actuellement, les gars de Sidney Crosby ont le même nombre de points au classement que les hommes de Claude Julien. La course aux séries va se jouer à rien. Et moi, en tant que partisan, je veux voir les séries à Montréal. Nos joueurs sont capables de gagner. Alors qu’ils le fassent. Rapidement si possible.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.