Hockey

Dixième match de la saison régulière : Après une partie dominante, Les Canadiens de Montréal emportent un gain mérité.

Sur le papier, Les Bruins de Boston auraient dû écrabouiller le Tricolore, notamment avec leur premier trio imposant. Au lieu de cela, les Habs ont menotté cette ligne des Bruins pour repartir avec le maximum de points et commencer à se dire que finalement ils ne devraient craindre personne.

Certaines victoires comptent plus que d’autres. Celle d’hier soir compte presque pour deux! Entre le blanchissage de Carey Price qui le fait dépasser Patrick Roy au nombre de victoires avec le Canadien et la prestation parfaite devant son filet ainsi que le soutien sans faille ou presque de ses équipiers, le tableau était beau hier. Voyons comment la peinture s’est faite belle pendant ces 60 minutes :

Le trio Tatar-Danault-Gallagher-Gallagher : Tomas était un peu en retrait, Phillip a été utile pendant tout le match et Brendan ouvre le score avec un but dans un angle presque impossible. Carton presque plein pour eux. B+.

Le trio Drouin-Domi-Lehkonen : Ils continuent sur leur lancée. Une aide pour Jonathan et Artturi sur le but de Max. Quoi demander de plus? Notons aussi leur présence partout sur la patinoire qui a muselé les oursons. Et pour parachever le tout, Artturi aide même Jordie Benn a marquer. Continue a prendre des points mon cher! A.

Le trio Byron-Kotkaniemi-Armia : De belles étincelles dans leur cas. Sans faire trembler les murs, Paul a fait parler son expansivité, Jesperi a très bien géré la teigne Brad Marchand (Max Domi a même parlé à l’équipe adverse pour que notre jeune joueur soit laissé en paix), et Joel s’est montré actif et responsable. B+.

Le trio Deslauriers-Peca-Hudon : Nicolas est toujours aussi transparent, Matthew a obtenu une assistance sur le but de Gallagher et Charles a donné un bon match pour son retour. Bien mais pas top. C+.

La défense : Jordie qui marque un but. Jamais je n’aurais cru écrire ça ici. Tous les défenseurs ont fait leur travail. Karl Alzner livre une bonne copie, Jeff Petry limite les bourdes, Xavier Ouellet obtient une aide et les jeunes ont suivi la cadence. Rien à reprocher à cette brigade défensive. A.

Carey Price : A tout ceux qui le voyaient fragile, à tous ceux qui le voyaient fini, à tous ceux qui lui reprochent de ne pas avoir gagné de Coupe Stanley, à tous ceux qui le trouvent surpayé, à tous ceux qui voulaient ou qui veulent encore l’échanger et à tous ceux qui déversent leur jalousie sur notre gardien étoile, regardez ce match. Minute par minute. Et osez revenir ensuite me dire qu’il ne mérite ni sa place, ni son salaire ni tout notre appui. Oui, il a eu une saison de misère l’an dernier, mais pour combien de réussites et d’honneurs depuis plus d’une décennie? Carey Price est un fidèle du Bleu-Blanc-Rouge. Et avec ses 33 arrêts hier, sa 290e victoire et surtout son 41e blanchissage, personne ne devrait le maudire. Carey Price est là pour gagner, quoi qu’il ait pu se passer avant. La joute d’hier en est une preuve éclatante. S.

La chimie entre les trios : Tout le monde était à sa place et chacun a fait de son mieux. A.

Intérêt et ressenti du match : Les joueurs sont partis à la guerre pour cette partie. Les désavantages numériques n’ont rien enlevé à leur prise de position. Personne n’est parvenu à les faire reculer. On ne sait pas si toute la saison va se dérouler ainsi, mais on a eu droit à du beau hockey face à une puissance de l’Est. Et ça donne envie de continuer à suivre la saison. Même s’il est bien trop tôt dans la campagne pour rêver à une place en séries éliminatoires.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.