Apprentissages

Et si je vous emmenais avec moi à l’UQAM?

Comme j’ai déjà pu en parler à plusieurs reprises sur le site, je vais vous parler de ma semaine de cours à l’université pour que vous puissiez vous immerger dans mon quotidien. Je le fais aujourd’hui car nous sommes en deuxième session et que mes repères sont plus clairs qu’à la rentrée d’automne. Vous venez avec moi? C’est parti!

Alors on va poser un peu le contexte pour les lecteurs qui débarqueraient uniquement sur cet article. Je suis actuellement en formation pour le Certificat Socionumérique des Organisations. En clair, c’est un cursus d’un an qui s’intéresse à la communication numérique avec une emphase sur les médias sociaux. Maintenant que la base est posée, on peut y aller.

Ma semaine de cours commence le lundi après-midi, de 14h à 17h avec le cours Cultures, Consommation et Internet. Il se trouve dans l’un des bâtiments les plus difficiles d’accès (même en empruntant les corridors qui relient le métro à l’université) de la semaine car il m’oblige à prendre pas mal d’escaliers avant un ascenseur pour la dernière partie du parcours. On étudie pendant ces trois heures, dans une approche anthropologique, les changements qui ont été vécus par les consommateurs dans leur manière d’approcher les marques et les produits consommés. Le tout débouchera sur un travail de fin de session où il faudra mettre en évidence les changements de consommation sur un produit ou un service donné au cours des dernières décennies. C’est une bonne mise en jambe, dans tous les sens du terme.

Le cours suivant qui se déroule de 18h à 21h le lundi également est un cours de Planification des Communications Numériques. Dans un bâtiment bien plus facile d’accès, il s’agit d’apprendre à utiliser la plupart des outils de planification de communication numérique mais aussi d’avoir une approche critique sur certaines campagnes de communications, leurs réussites et leurs échecs pour en tirer des enseignements utiles pour nos travaux. Ces trois heures sont souvent intenses mais très instructives, comme chaque cours que je suis.

Après une journée de calme (qui sert généralement soit à étudier, soit à mes travaux professionnels), je reprends le chemin de la connaissance avec mon cours d’Éthique de la Communication sur Internet. Comme il se donne de 18h à 21h, c’est toujours un peu étrange de se retrouver à contre-courant de beaucoup de Montréalais qui finissent leur journée de travail, mais le cours s’attarde sur la dimension éthique de certaines pratiques de communication modernes. Même si c’est dans un bâtiment presque externe à l’université et que le trajet est long pour m’y rendre, ces trois heures propices à la réflexion m’apportent beaucoup sur le plan personnel. On prend trop peu souvent le temps de réfléchir sur nous et sur les autres à l’heure des réseaux sociaux et où il faut absolument parler ou écrire plus vite que son voisin. Même si c’est parfois difficile de partir si tard de la maison, ce temps basé sur des outils philosophique me paraît salutaire.

Pour le dernier jour de cours, je prends le chemin de l’université le jeudi midi pour arriver avant 14h pour le cours de Convergence Numérique des Médias. C’est mon cours d’option de cette session et il s’intéresse pendant 3h aux interactions entre l’humain et la machine, que nous en soyons conscients ou non. C’est un cours assez costaud, dans le sens où la moitié des ressources est écrite dans la langue de Shakespeare, mais ce lien entre humanité et technologie m’a toujours intéressé.

Le dernier round d’apprentissage de la semaine se déroule également le jeudi, de 18h à 21h et s’intitule Médias Socionumériques et Relations Publiques. C’est incontestablement le cours le plus difficile de la semaine et pas seulement parce que c’est le dernier. Il s’agit ici de nous préparer à travailler dans les entreprises et à pouvoir gérer les communications des entités qui pourraient nous embaucher un jour. Le niveau d’apprentissage est assez élevé, mais une nouvelle fois, le contenu est intéressant. On s’accroche pendant ces 3h, mais le jeu en vaut la chandelle.

Si le programme est légèrement plus étalé qu’à la session passée, le contenu est vraiment tourné vers les choses concrètes, sans compter que plusieurs interventions en classe sont prévues dans plusieurs cours avec des conférenciers qui travaillent sur le terrain.

On verra ce que j’en pense en fin de session, mais je crois que c’est un bon retour aux études pour moi. La question qui n’a pas encore de réponse pour l’instant étant de savoir si je vais continuer par la suite. Ça va évidemment dépendre de mes résultats, du temps possible alloué et de bien d’autres facteurs. Je vous en reparlerais si ça vous tente!

2 commentaires

  • Lilou

    Beaucoup de courage de ta part, physiquement et moralement… Intellectuellement, je n ‘ai aucun souci, tu as toujours eu une intelligence aiguisée que beaucoup doivent t’envier et avec tous tes cours, tu vas survoler les autres, tel un aigle…
    Je sais, je suis une inconditionnelle de toi et ça ne changera jamais…
    Bibises Matthieu

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *