Hockey

Cinquantième match de la saison régulière : Une défaite gênante des Canadiens de Montréal contre les Flyers de Philadelphie.

Voilà un match qu’il ne fallait pas perdre. Contre la pire équipe de la conférence de l’Est, (celle du Canadien accessoirement), voilà des points faciles à obtenir en théorie. Sauf quand Antti Niemi est laissé à lui-même et que les joueurs sont sous cloche pendant 60 minutes.

Le match d’hier soir n’est pas totalement mauvais, je dois le reconnaître. Mais il ne m’a pas du tout satisfait, ça c’est sûr. Et j’utilise ce mot à dessein puisque Max Domi (auteur du but du réveil) l’a utilisé après la partie. Essayons donc de nuancer les choses face à la frustration qui domine depuis hier.

Commençons par les points positifs : Un but de Max Domi donc, aidé de Tomas Tatar et Artturi Lehkonen. Puis Brett Kulak qui marque en fin de parcours assisté de Brendan Gallagher et de Jonathan Drouin. Tant mieux pour le pointage, mais ça s’arrête là. Le reste du temps s’est divisé en deux…

Les premières minutes (on pourrait presque dire la première période en réalité) a appartenu au Tricolore. Le nombre de tirs du match également, mais c’est la nonchalance qui a perdu les Habs. Les Flyers ont été plus opportunistes et leurs deux premiers buts en fin de période médiane ont fait mal à nos gars.

A partir de ce moment-là, la joute était pliée. D’autant que notre gardien auxiliaire ne peut décemment pas être exceptionnel tous les soirs donc le carrosse s’est retransformé en citrouille. En dehors de quelques arrêts intéressants, rien n’a vraiment fonctionné pour lui. Et vu l’abandon caractérisé de ses coéquipiers, je ne peux décemment pas le blâmer pour sa prestation individuelle.

En conclusion, doit-on chercher des raisons à cette défaite et pendre les coupables aux arbres? Bien sûr que non. Est-ce la fatigue qui explique cette contre-performance? Pas seulement. Je pense simplement que les hommes de Claude Julien ont sous-estimé leurs adversaires, en espérant un match facile avant un dernier affrontement mercredi prochain qui précède la pause du Match des Etoiles. Mais les Flyers ont saisi leur chance et le résultat final est sans appel. On ne peut qu’espérer un rebond dans quelques jours et continuer à vouloir voir le Canadien repartir en mission pour gagner. Il reste 1920 minutes pour réussir à obtenir un billet pour le bal printanier. L’épopée est loin d’être terminée.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.