Archives,  Expatriation,  Ressentis

Devenir résident permanent au Canada, le jour d’après.

Il m’a fallu une journée pour commencer à réaliser ce que j’avais accompli hier. Après 14 mois d’attente, d’angoisses et de questionnements, je suis devenu résident permanent au Canada. Concrètement, cela veut dire que je possède les mêmes droits et devoirs que n’importe quel canadien, à trois exceptions près : je ne peux ni voter ni me présenter à une élection ni occuper un poste à haut niveau de sécurité pour le pays. 

Cette grosse année a été difficile mentalement et Véronique peut largement en témoigner. Mais c’est une telle victoire, une telle revanche sur ceux qui pensaient que j’échouerais dans mon processus d’immigration que je n’en retiens que du positif au final. Une fois la procédure finalisée, j’ai pleuré d’émotion. Les digues ont lâché et c’est un drapeau du Québec qui a recueilli mes larmes. 

Le Québec c’est maintenant chez moi et rien ni personne ne me fera changer d’idée. En fin de semaine, nous allons fêter ça en famille. J’ai déjà hâte d’y être ! 

Matthieu. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.