Hockey

Cinquante-sixième match de la saison régulière : Malgré un rude combat, les Canadiens de Montréal ont été défaits par les Maple Leafs de Toronto.

Des matchs de rivalité, c’est toujours intense à vivre et à jouer. L’opposition face à Toronto est historique et le match d’hier n’a pas fait exception. Malgré beaucoup d’engagement de la part du Tricolore, la prolongation après six buts marqués au total leur a été fatale.

Mettons les choses au clair tout de suite, ce n’était pas un mauvais match. Bien au contraire. Tout le monde voulait gagner et personne n’avait son oreiller sur la glace. C’est une rondelle en prolongation qui a eu raison de nos espoirs de partisans, mais je doute que Claude Julien soit dans une colère noire après ces joueurs aujourd’hui. Prenons le temps d’analyser cette défaite malheureuse.

Les Canadiens qui marquent le premier but, ce qui a une odeur de frites pour leurs partisans, mais les Maple Leafs qui répliquent moins de 90 secondes plus tard. Et ce scénario s’est répété par la suite. Andrew Shaw avait ouvert la voie, ce qui est un excellent signe pour son retour au jeu. Tomas Tatar et Brendan Gallagher ont aussi fait vibrer les cordages pour maintenir l’espoir de victoire. Mais ce n’était pas suffisant.

La brigade défensive était aussi à la fête puisque Jeff Petry Et Shea Weber ont obtenu des assistances. Notons un fait rare par ailleurs : Carey Price a obtenu une aide sur le but de Tatar, lui qui a livré un bon match mais n’a pas pu résister suffisamment pour gagner lors de son 600e départ dans la Ligue Nationale. Pour les attaquants, c’est Max Domi et Andrew Shaw qui récoltent des points d’assistance.

Alors qu’est-ce qui a manqué aux Habs pour trancher un débat terrible pendant plus de 60 minutes? Ce n’était pas une question de chance ou de manque d’engagement. Les Maple Leafs ont été plusieurs fois réduits au silence. Par deux fois, ils ont retardé la game en désespoir de cause. Arriver à un score de 3-3 en temps réglementaire contre des aspirants aux grands honneurs, ce n’est pas ridicule. Le tir de John Tavares a tué le match, mais cet affrontement, même perdu, prouve une chose très importante pour la suite. La Sainte Flanelle n’a peur de personne et on doit la prendre au sérieux. La joute s’est terminée par une défaite mais les boys peuvent être fiers du travail accompli.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.