Hockey

Trente-cinquième match de la saison régulière : Un match perdu par les Canadiens de Montréal certes, mais on peut construire dessus.

Le plus gros danger face à l’Avalanche du Colorado, c’est son trio le plus productif. Ce qui était craint s’est produit. Si le Tricolore a ouvert le feu en premier, la suite a été plus laborieuse. Mais soyons honnêtes, on va essayer de se concentrer sur le positif car les Coyotes de l’Arizona sont déjà là.

Brendan Gallagher marque avec l’aide de Jonathan Drouin et Jeff Petry. Ça c’est le résultat net. Sauf que nos adversaires ont marqué deux buts. Un par période, en 2e et en 3e vingt précisément. Sur le premier but, pas de contestation possible, Carey Price s’est compromis. Sur le second par contre, l’obstruction était manifeste. L’inconstance des décisions arbitrales commence à se voir…

Il semble que le discours de Claude Julien infuse toujours dans le groupe de joueurs car on a eu droit à une meilleure circulation de la rondelle, des coupures de passe et globalement une meilleure communication entre les gars. Le mélange des trios a donné de bonnes choses également, de quoi donner des idées aux entraîneurs du CH.

Victor Mete et Charles Hudon étaient de retour dans la formation après plusieurs matchs d’absence. Ils ont bien fait leur travail et s’il faut savoir raison garder, force est de reconnaître que pour le moment, les décisions prises dans leur cas sont bonnes.

La défensive des Habs reste extrêmement facile à contourner. C’est comme enfoncer des portes ouvertes de dire ça. Les trous sont béants et pour une fois je n’ai pas envie de pointer tel ou tel joueur du doigt. Dire qu’il y a un boulevard entier accessible à ce niveau suffit.

L’humiliation face aux Bruins lundi a laissé des traces. Mais la meilleure manière de gagner des matchs est de marquer beaucoup de buts et de tenir le fort ensuite. Nos glorieux n’ont pas la force de défense nécessaire pour gagner des matchs à faible pointage, pour l’instant du moins. Il faut remplir le filet pour empocher des points. Et voler des parties à des adversaires qui pensent la Sainte-Flanelle déjà larguée pour les séries éliminatoires.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.