Hockey

Quarante-sixième match de la saison régulière : Une victoire des Canadiens de Montréal liée à l’effort collectif.

Lors du match précédent, j’avais dit que le Tricolore n’avait joué que quelques malheureuses minutes sur une heure de match. Cette fois-ci, avec un brassage des trios au départ et quelques ajustements, ils ont menotté l’Avalanche du Colorado avant de marquer plusieurs fois en fin de match.

La partie d’hier soir ne devait pas se limiter aux statistiques comme l’avait justement fait remarquer Jonathan Drouin sur son cas il y a quelques jours. Si on se contente des buts marqués et du moment où ils ont eu lieu, on pourrait légitimement se dire que les gars se sont assis sur la glace pendant quasiment 50 minutes. Mais comme vous allez le voir, ce n’était clairement pas le cas.

Note : Des ajustements de lignes ont été effectués. Mais on va rester dans les standards habituels pour l’analyse du match.

Le trio Drouin-Danault-Gallagher : Jonathan qui s’implique dans un match, on a envie de dire qu’il était temps! Il obtient donc une assistance précieuse pour la suite de sa saison. Phillip est resté maître du jeu, notamment dans le cercle des mises en jeu et en obtenant deux aides dont celle sur le but d’assurance de la partie. Brendan Gallagher quant à lui a imposé son éthique de travail à ses coéquipiers. B+.

Le trio Tatar-Kotkaniemi-Byron : la brassage de la soupe a été utile à Jesperi qui en profite pour marquer son cinquième but de la saison, ce qui lui permet de se défaire de la malédiction des poteaux frappés. Et c’est parfait pour son développement et sa prise progressive de responsabilités. Tomas a été un peu transparent pendant que Ti-Paul a fait parler la poudre encore une fois, même si sa disette de buts commence à se voir. A pour Jesperi. B pour les autres.

Le trio Lehkonen-Domi-Armia : Je commence à me demander si Max ne commencerait pas à pâtir de son petit souci de santé (qui lui a fait changer sa visière depuis quelques matchs), ce qui expliquerait en partie son ralentissement de production actuel. Joel était partout sur la glace, multipliant les occasions de se montrer. Quant à Arturri… Comme d’habitude quoi. Même avec une cage béante, ça score pas. B.

Le trio Agostino-Chaput-Deslauriers : La ligne d’assurance du Canadien n’a pas mâché ses efforts hier soir. Pas de points mais des poings pour Nicolas. Kenny a tenu son rang, Michael un peu moins. B-.

La défense : C’est probablement le meilleur match de la saison de la part de la brigade défensive des Habs. Dans une joute où les deux équipes ne se laissaient pas un pouce de glace, personne ne s’est dégonflé. Brett Kulak et Jordie Benn qui marquent des buts, Mike Reilly qui obtient une assistance, Victor Mete qui était de toute les batailles et qui reconnaît toutes les situations et enfin Captain Shea qui tire plusieurs fois dangereusement au filet. Pour une fois j’étais fier de les voir TOUS aller. A.

Carey Price : Notre gardien étoile obtient son 3e blanchissage de la saison et sa lecture du jeu était superbe. Toujours calme et en contrôle, il est clair que notre portier a volé la match. Une partition sans fausse note qui couronne un match acharné. S.

La chimie entre les trios : Les changements apportés au départ étaient faits pour fouetter les hommes de Claude Julien. La léthargie n’était plus acceptable. Force est de reconnaître que cette stratégie a été payante, reste à voir si l’efficacité sera de mise dans la durée. A.

Intérêt et ressenti du match : On ne va pas se mentir, j’ai failli fermer les yeux à plusieurs reprises hier soir. Mais avec le recul, l’énergie des joueurs pour pousser vers la victoire a fini par se voir. En tant que partisan je prends cette victoire avec plaisir et je suis content pour l’équipe.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.