Éditoriaux,  Opinions

Meurtre d’un professeur à Conflans-Saint-Honorine : Un traitement médiatique, politique et public qui pose question.

Depuis hier, je sais ce qui s’est passé, dans toute son horreur et le choc que ça a provoqué, chez moi et chez d’autres personnes, que je les connaisse ou non. Mais également depuis hier, je ne peux pas m’empêcher de voir, d’entendre ce qui se dit, et ça me fait m’interroger sur les biais psychologiques et les raccourcis qui peuvent exister. C’est un cas communicationnel qui au mieux m’interroge, au pire, me glace le sang. Alors je vais essayer de coucher sur papier ce qui me traverse depuis hier soir, car au-delà de l’horreur, je me pose pas mal de questions. Et elle ne concerne pas ce crime insensé. Ces interrogations-là me resteront personnelles.

Je ne pense pas qu’il soit utile de revenir sur les faits connus jusqu’à présent, car ils ont fait le tour de la Toile. Ce qui me taraude moi, c’est d’abord le fait que, comme d’habitude, en cas d’attentat en France, on abat le suspect et on cherche des réponses après quand ça devient un attentat. Mais du coup, il est bien difficile de connaître les motivations du meurtrier puisqu’il est refroidi. Bien sûr, on peut facilement me rétorquer qu’une telle violence justifie la balle mortelle, mais je reste persuadé que des infos « à la source » valent toujours mieux que des conjectures. Qui arrivent après avec tout ce qui va suivre.

Maintenant que le fauteur de troubles est à la morgue, c’est là que la communication s’emballe. Si des informations existent, j’estime que la mort du suspect est précisément la porte ouverte à tous les amalgames. Et à l’ère des réseaux sociaux, la vitesse de propagation est tellement rapide que ce n’est pas contrôlable. Encore une fois rien ne justifie ce qui a été commis, mais je ne compte plus les commentaires que j’ai pu voir sous les articles de presse qui sent bien mauvais pour les être humains de confession musulmane. Et on aura beau dire « Pas d’amalgame » le mal est déjà fait. Encore une fois, la communauté musulmane en France et ailleurs va en prendre plein la gueule parce que quand le sang coule, il faut un responsable, un bouc émissaire. Et quand l’auteur de l’atrocité ne respire plus, le plus simple c’est de regarder sa « communauté » Et ce mouvement de balancier, il est systématique ces dernières années. J’ai beau ne pas croire en Allah, mon coeur ouvert à tous en a marre de voir la France cultiver sa haine de manière aussi simpliste. Et le pire, c’est que ça peut se répandre ailleurs…

J’insiste encore une fois, pour être sûr d’être bien compris. Ce crime est haineux et n’a pas de sens à mes yeux. Mais le traitement des forces de l’ordre, de l’État, des médias et du coup de la population est proprement dégueulasse et je ne le cautionne pas. Mais alors pas du tout. C’est la porte ouverte à tous les raccourcis et tant et aussi longtemps que l’enquête ne sera pas terminée et aussi claire que de l’eau de roche, je me refuserai au moindre jugement sur ce qui s’est produit mais surtout sur le pourquoi de ce geste terrible. Parce que ce n’est pas ça, vivre en communauté. Et j’ose le dire, le traitement de cette affaire ne fait qu’attiser la haine et la colère et surtout ne rend service à personne. Ni à la famille de la victime, ni aux enseignants qui crèvent de trouille, ni à l’humanité en général. Ce sensationnalisme à tout crin est mortifère.

Je ne cesserais jamais de le dire, d’autant que démonter les mécanismes médiatiques, c’est mon dada en ce moment. L’empathie seule vaincra. Jamais la colère. Alors je vous le demande : Quand cessera-t-on de céder aux pulsions primaires de vengeance indignes de l’humanité? Parce qu’il serait temps d’y penser et de ne pas se laisser entraîner par la haine, nous-mêmes. Parce que moi, je m’y refuse.

2 commentaires

  • Diane

    Hello Matthieu!

    Tout comme toi, j’ai appris l’horrible nouvelle. Je n’ai pas été plus loin car dès qu’un acte terroriste se déroule, c’est tout un flôt de haine qui se déverse.

    Mes pensées vont aux proches de cet enseignant, mais aussi à la communauté musulmane qui va malheureusement, une nouvelle fois, devoir faire face à tout un déversement haineux inqualifiable.

    Merci pour ton article.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.