Expatriation,  Ressentis

Être un modèle inspirant, c’est un honneur que j’accepte avec plaisir.

Si j’ai déjà été été félicité pour mon parcours d’immigration, j’ai compris la semaine dernière à quel point mon chemin de vie actuel pouvait servir à d’autres. Alors aujourd’hui, on va en parler.

Si vous me suivez sur les médias sociaux, vous avez dû voir passer l’histoire selon laquelle une amie raconte mon histoire récente pour motiver notamment ses enfants. Si je savais déjà que certains d’entre vous regardent mon évolution de manière positive (et d’autres non mais ce n’est pas le sujet du jour), c’était la première fois que je le voyais aussi clairement et aussi précisément. Et on ne va pas se mentir, j’ai ressenti beaucoup de fierté en lisant ça.

Fondamentalement, je ne cesserai jamais de le répéter : Si quelqu’un a un projet en tête et qu’il y met l’énergie et les moyens nécessaires, la réussite est au bout du chemin! Si ce n’est pas une vérité générale, c’est tout de même assez récurrent pour être applicable à tous!

Bien sûr, il y a des obstacles à franchir, bien sûr des gens peuvent tenter de vous dissuader de vous lancer dans un départ à l’étranger, dans la création d’une entreprise ou d’une initiative. Les exemples ne manquent pas. Mais bien souvent, ces personnes qui vous diront que c’est impossible sans argumenter ou en argumentant de façon bancale le feront parce que votre tentative les renvoie souvent à leur propre peur de tenter de changer leur vie. Et le premier réflexe pour s’en prémunir, c’est d’empêcher les autres d’évoluer, de manière subtile ou non.

Je vais bientôt fêter mes 4 ans au Canada et je peux vous garantir que c’est passé très vite! Si j’ai évidemment vieilli (ou mûri selon les points de vue), force est de constater que je ne suis pas rassasié. Pourtant je pourrais me dire que mon intégration au Québec est réussie, j’ai un parcours universitaire en cours, une épouse aimante et une belle-famille géniale et des amis proches ou lointains qui me soutiennent. Et ça pourrait me suffire. Oui, ça pourrait. Sauf que je ne suis plus un être spectateur de sa propre vie, je suis acteur de mon existence et je m’implique beaucoup dans les buts que je poursuis.

En plus de tout ça, j’ai des projets qui germent dans ma tête très régulièrement. Certains verront le jour, d’autres non. Les circonstances auront leur mot à dire là-dessus. Mais le constat reste le même au final : Si mon parcours est inspirant, j’en suis très heureux et sachez, pour ceux qui s’y intéressent vraiment, que d’autres choses arrivent. Et promis, ce sera beau à voir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *