Hockey

Dix-huitième match de la saison régulière : Débandade face aux Oilers d’Edmonton.

Tout allait de travers hier soir au Rogers Place Center. Rien n’allait dans le sens des Canadiens de Montréal. Décidément aller dans l’Ouest n’a rien d’une promenade de santé. Et il y a encore deux matchs cette semaine…

Si on sait pertinemment que les voyages dans l’Ouest canadien et dans la conférence de l’Ouest plus globalement sont une torture pour le Tricolore, on pouvait espérer un sursaut ou du moins une résistance minimale. Or comme nous allons le voir, ce n’est pas vraiment ce qui s’est produit :

Le trio Tatar-Danault-Gallagher : Pas d’allumage hier. A croire que l’anesthésiant était de mise… C.

Le trio Drouin-Domi-Shaw : Voilà la seule lumière de la soirée. Un but pour Max et un pour Andrew qui s’en tire avec une assistance également. Jonathan obtient une passe qui ne saurait faire oublier son jeu sans inspiration. B.

Le trio Agostino-Kotkaniemi-Lehkonen : Kenny a tenté de bien paraître et Jesperi aussi. Quant à Artturi, on pense de plus en plus à un blocage dans son cas. C.

Le trio Deslauriers-Peca-Hudon : Une ligne complètement éteinte. Charles a bien essayé de sortir du marasme. En vain. D.

La défense : A part une assistance pour Jeff Petry et une pour Noah Juulsen, la défense était inexistante. La mise en échec totalement dans le beurre de David Schlemko en était la parfaite illustration. E.

Antti Niemi : Notre gardien a fait tout son possible mais on ne peut pas attendre de miracles. Il était totalement seul devant les Oilers… C+.

La chimie entre les trios : Un bon gros zéro. Malgré les deux buts. E.

Intérêt et ressenti du match : Une torture. Les Habs semblaient à l’arrêt face à la vitesse des Oilers. Pire, la première passe ne passait même pas! Espérons mieux jeudi à Calgary sinon le cauchemar va continuer. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.