Hockey

Cinquante-quatrième match de la saison régulière : Une victoire facile pour les Canadiens de Montréal contre les Ducks D’Anaheim.

On ne va pas se mentir, ce match était quasiment impossible à perdre. Toronto avait déjà rincé nos adversaires la veille et tout le monde savait que la lenteur des Ducks allait les desservir. Encore fallait-il que le Tricolore fasse parler sa vitesse. Et c’est ce qui s’est produit.

Quand la victoire semble facile à obtenir, on parle souvent d’un match piège. Un match qu’on peut perdre par excès de confiance face à la faiblesse supposée de l’adversaire. Et quelques parties ont échappé aux Habs cette année à cause de ça. Fort heureusement, comme nous allons le voir en détail, ce n’était pas le cas hier soir :

Le trio Drouin-Danault-Gallagher : Une grande partie du feu d’artifice d’hier est arrivé par le premier trio du Canadien. Deux buts et une aide pour Brendan qui a cherché à obtenir un tour du chapeau (3 buts dans une même game), et qui explosait partout où il passait. Trois aides pour Jonathan qui montre de bien belles choses quand il prend le match à son compte. Un but également pour Phillip qui a bien fait d’aller voir les arbitres pour obtenir son dû. Une excellente soirée pour ces trois gaillards. S.

Le trio Hudon-Domi-Peca : Avec les absences conjuguées d’Andrew Shaw et de Paul Byron, tous deux blessés et l’indisposition de Tomas Tatar à cause d’un virus, Charles et Matthew ont eu l’occasion de se faire valoir. Si Peca semble avoir saisi cette chance en posant de bons gestes, Hudon m’a paru fébrile et peu inspiré. Max en revanche n’a pas ménagé sa peine et on sent qu’il est capable d’entraîner ses coéquipiers vers le haut. B-.

Le trio Lehkonen-Kotkaniemi-Armia : Artturi est toujours aussi absent. Rien à ajouter. Jesperi qui marque un troisième but en autant de matchs, ça c’était magnifique. Il en profite pour établir avec cette statistique un exploit sans précédent pour la franchise montréalaise pour un joueur aussi jeune. Joel de son côté m’impressionne de plus en plus. il est toujours dans les endroits difficiles et ne manque jamais de faire le bon geste pour alimenter ses coéquipiers ce qui lui donne une assistance. Bravo Joel! S.

Le trio Agostino-Chaput-Deslauriers : Avec l’effet domino mentionné plus haut, le quatrième trio retrouve une certaine stabilité sans attirer la lumière non plus. Bien mais pas top. C.

La défense : Une aide chacun pour Mike Reilly et Captain Shea. La brigade défensive a mal paru pendant quelques minutes, le temps pour les Ducks de marquer le seul but de leur soirée et la légère désorganisation qui a suivi. Mais qu’on ne se raconte pas d’histoires, les adversaires d’hier n’avaient pas de quoi opposer une réelle résistance. Les gars ont bien bossé mais sans plus. B-.

Carey Price : Quelques bons arrêts, quelques rondelles arrêtées pour sauver l’équipe d’un score plus serré et un calme olympien. On pourrait ajouter que nos Glorieux ont trois défenseurs sur la glace au lieu de deux, ce qui est totalement le cas. Une soirée normale pour un gardien en pleine possession de ses moyens en somme. Le but encaissé? Un cafouillage clair de ses coéquipiers et le fait qu’il reste, malgré tout, un être humain. A.

La chimie entre les trios : Avec les changements obligatoires pour ce match, les lignes offensives ont plutôt bien marché. Et si c’était ça la clé pour réussir un bon parcours printanier? B.

Intérêt et ressenti du match : J’étais parfaitement conscient que l’affrontement qui se déroulait devant mes yeux était inégal. Et il l’a été plus souvent qu’autrement. Je suis donc satisfait de la prestation des hommes de Claude Julien et les points sont pris. Demain, face aux Jets de Winnipeg, la donne sera différente et il faudra se battre pour gagner. Mais je suis convaincu que la surprise pourrait arriver. Les Canadiens de Montréal sautent sur la glace pour gagner donc on peut y croire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.